J'Alerte l'Arcep : une plateforme de plaintes au beau fixe

J’alerte l’ARCEP

En octobre 2017, l’ARCEP (Autorité de Régulation des communications électroniques et des postes) a mis en place « J’Alerte l’ARCEP« . Cette plateforme en ligne vous permet de notifier n’importe quelle incidence avec votre fixe ou votre mobile. De plus, elle n’est pas réservée qu’aux entreprises puisque les administrations et particuliers (tous les abonnés en fait) peuvent en bénéficier.
Ainsi, le but de l’ARCEP avec cette plateforme de plaintes était de confronter les opérateurs à leurs responsabilités. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que l’objectif a été rempli ! En effet, J’Alerte l’ARCEP a récolté un peu plus de 12 600 plaintes.
J'alerte l'Arcep

La qualité de service

En effet, la qualité de service est un des premiers critères en ce qui concerne le choix d’un opérateur. Et c’est pour ça que l’ARCEP a créé cette plateforme de régulation. Ainsi, Sébastien Soriano, président de de l’ARCEP, déclare que « les consommateurs sont mal informés des questions de couverture et de qualité de service. Le prix ne fait pas tout ». Aussi, « cette régulation par la data, l’utilisation de l’information pour réguler doit pousser les opérateurs à investir ».
Ainsi, cette régulation repose sur deux piliers. Tout d’abord, des enquêtes réalisées sur le terrain. Ensuite, les retours des abonnés grâce au crowdsourcing, avec J’alerte l’ARCEP .
Et cette plateforme est très facile d’utilisation. En effet, vous devez entrer votre email, votre code postal et renseigner l’opérateur. Puis, choisir le domaine de signalement concerné. Et ensuite, vous devez décrire votre dysfonctionnement avec précision; vous pouvez même joindre des fichiers. De plus, vous recevez des conseils quant au souci décrit.

Un chiffre parlant

Et oui : 12 600 plaintes en si peu de temps, c’est bien la preuve que quelque chose ne vas pas !

ARCEP Infographie J'alerte l'Arcep
Source : Le Parisien

Ainsi, 64% des signalements portent sur la qualité de service Internet Fixe ou mobile. Et 11% signalent des dysfonctionnements quant à la facturation des opérateurs. Et particulièrement concernant les durées d’engagement et de frais non justifiés, entre autres.
De plus, on remarque que même si l’accès à la fibre s’élargit, son accès concerne déjà 8% des plaintes. L’ARCEP annonce même que « certains opérateurs ont posé auprès des syndics une option sur un immeuble, pour empêcher la concurrence de s’installer ».

Partagez l'article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email