Cloud Computing : les 5 types différents

Cloud Computing : une nécessité pour les entreprises

En effet, ce sont plus de 93% des entreprises qui utilisent des technologies de Cloud Computing. Ainsi, il est capital pour les dirigeants d’avoir des connaissances en Cloud Computing. D’autant plus que l’on ressent ses effets à chaque niveau de l’entreprise, des mises à jour aux budgets.
De plus, quasiment tous les services financiers utilisent les applications du Cloud Computing. Et à terme, ce sont toutes les entreprises qui sont destinées à y avoir recours.
Mais pour bien comprendre les conséquences du Cloud Computing, encore faut-il savoir comment c’est fait. Ainsi, voici les 5 plus grands types de Cloud et ce qu’ils apportent à votre structure. De plus, si vous souhaitez aller plus loin, cliquez ici !

1/ Le Cloud Computing Public

C’est le premier auquel on pense lorsqu’on parle de Cloud Computing. Ainsi, un prestataire de Cloud Computing Public offre à votre entreprise toutes les ressources pour une bonne accessibilité. De plus, l’environnement est le plus souvent mutualisé.
Aussi, il utilise un paiement à l’utilisation caractéristique. Ainsi, ses clients ont la possibilité de faire évoluer ses capacités en fonction de leurs besoins (fort trafic par exemple). En outre, le Cloud Computing Public permet à l’entreprise de prendre des risques tout en minimisant les coûts irrécupérables.
Et l’avantage du Cloud Public, c’est sa disponibilité et surtout sa portée très large. Par conséquent, il permet aux entreprises d’accéder plus facilement à de nouveaux marchés. De plus, c’est aujourd’hui la manière la plus simple d’utiliser des ressources informatiques : une carte de crédit et hop ! En plus, il procure à votre entreprise une accessibilité évolutive et programmatique quant au calcul et stockage.
Néanmoins, vous êtes en quelque sorte prisonnier de votre prestataire. De plus, vous ne devez sélectionner que ses API et services. Mais peut-être que cela évoluera avec le temps ?

2/ Le Cloud Computing totalement privé

Dans ce type de Cloud, c’est l’entreprise qui est le propriétaire total. Et l’intérêt est d’appliquer les facteurs du Cloud Public aux centres de traitement de l’entreprise.
Dans un Cloud Computing Privé, c’est l’utilisateur qui a les pleins pouvoirs sur le déploiement ou le retrait de l’infrastructure. De plus, il est plus simple à sécuriser contrairement au Public où le matériel ou les options de sécurité sont incontrôlables.
Ainsi, vous avez le plein contrôle sur l’environnement, l’infrastructure et même les logiciels. Par conséquent, vous pourrez facilement structurer et travailler avec les systèmes déjà présents dans votre entreprise.
Néanmoins, le Cloud Privé est plus cher. En effet, vous devez en créer l’infrastructure et avoir des collaborateurs formés pour pouvoir l’utiliser. De plus, contrairement au Cloud Public, il faut attendre longtemps pour en utiliser les ressources.

3/ Le Cloud Computing Privé hébergé

Il se positionne entre le Cloud Public et le Cloud totalement Privé. En effet, c’est une structure du Privé hébergée et gérée par un prestataire. Ainsi, il combine expertise (du prestataire), et vous permet de ne pas vous soucier de rectifier vos installations.
Par conséquent c’est un Cloud très prisé par de nombreuses entreprises. Néanmoins, même si elles bénéficient d’avantages comme la personnalisation, elles n’ont pas les ressources de grands fournisseurs de Cloud Computing.
De plus, ce type de Cloud est généralement partagé entre deux approches. Ainsi, certains prestataires vont offrir un environnement de Cloud Privé. Et d’autres un de Cloud Public, segmenté à la demande et auquel se rajouteront des ressources personnalisées.

4/ Le Cloud Computing Hybride

Le Cloud Hybride, c’est un terme assez large qui englobe chaque combinaison de différents modèles de Cloud. Donc, si on résume, il fait référence au déploiement de Cloud public + privé, public + public, privé + privé. Et les entreprises le voient surtout comme une manière de palier au trop plein de tâches. Néanmoins, d’autres le perçoivent comme une méthode de gestion centralisée.
Ainsi, c’est surtout un mot de marketing. De plus, aujourd’hui on observe que tout le monde est passé à l’Hybride … si l’on sait ce que ça signifie !
De plus,  l’utilisation du Cloud Hybride par les entreprises s’explique par le fait que cette structure est une passerelle vers un déploiement plus complet. Et que ce soit du coté Public ou Privé. En outre, le Cloud Hybride est majoritairement utilisé en complément des équipements informatiques. Et pour répondre aux besoins en sécurité et en conformité.
Et parce que certaines données sont plus sensibles que d’autres, certaines peuvent être redirigées vers le Cloud Public. Au contraire, les data qui ont besoin d’une gestion et d’un contrôle plus accru seront mises sur le Cloud Privé.

5/ Les services du Cloud Computing

Ces services basés sur le Cloud n’en ont ne fait pas besoin … sauf pour interagir entre eux. Ainsi une base de données ou encore une reprise après sinistre comme un service.
De plus, d’autres services sont utilisés comme basé sur le Cloud, par exemple lIoT ou le MDM. Par conséquent, les prestataires vous fournissent aujourd’hui des plateformes digitales pour les gérer. Enfin, pour les entreprises qui sont dans une configuration de prêt à l’emploi.
En outre, les services basés sur le Cloud servent de modèle économique à des entreprises qui ont quitté le secteur du Cloud Computing Public. En effet, elles n’arrivaient pas à obtenir les marges qu’elles voulaient. Et elles le peuvent, en offrant de la valeur ajoutée dans une plateforme, avec ces services. Donc il suffit juste d’avoir des entités et une expertise assez poussée !
De plus, une entreprise peut aussi considérer le Cloud Computing géré, où le prestataire offre une sécurité supplémentaire à Amazon. En effet, cela permet une utilisation simplifiée et une gestion d’AWS.
Néanmoins, les services basés sur le Cloud peuvent être limités au niveau de la portée et de la capacité. Ainsi, il sera sûrement nécessaire d’utiliser des outils en extra.

Partagez l'article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email