Elon Musk a dévoilé son tunnel anti-embouteillages

Posté le Technologie
Transport de la Boring Company d'Elon Musk

Elon Musk et la Boring Company

Cette semaine, Elon Musk et sa Boring Company ont présenté ce qu’ils pensent être le meilleur moyen d’éliminer la congestion automobile en ville. Des véhicules électriques autonomes, équipés de roues supplémentaires, filant à travers des tunnels à une vitesse de 250 km/h.

Ça sonne un peu fantaisiste ? C’est normal. La présentation de Musk fut ponctuée d’une entrée majestueuse de la Tesla Model X, qui a traversé le tunnel d’essai de 2,25 km de l’entreprise. Elle a également fourni quelques détails concernant ses plans ambitieux de s’attaquer aux embouteillages de Los Angeles. Grâce à de nouveaux procédés améliorés concernant le fameux tunnel. Mais celui-ci semble pour l’instant n’être qu’un test. Et la Boring Company n’apparaît qu’être en phase d’expérimentation. Donc il reste plein de questions qui doivent encore être abordées.

Devant son tunnel, Musk déclara « Je pense que c’est, comme une vraie panacée ». Celui-ci s’entend d’un parking de Space X jusqu’à la ville de Hawthorne, située à environ 20 km du sud de Los Angeles. Là où le trafic automobile est apparemment « comme un acide sur l’âme ».

Changements

Depuis la dernière présentation d’Elon Musk en mai dernier, quelques détails du concept de la Boring Company (« The Loop ») ont changé. Ainsi les « patins électriques » sont passés à la trappes. Ces derniers servaient de plateformes pour transporter les véhicules à travers un réseau de tunnels. Dont l’objectif est qu’il s’étende à travers tout L.A. (et le monde entier à terme). À la place, les utilisateurs devront monter des roues spéciales sur leurs propres voitures autonomes électriques. Et celles-ci les guideront à travers les tunnels. Ça ressemble un peu à des roues d’entraînement pour les vélos, mais celles-ci sont parallèles au sol.

Adieu également au concept de la nacelle pouvant transporter 16 passagers. C’était la pièce maitresse de ce qu’Elon Musk avait décrit comme un système qui allait mettre les piétons et les cyclistes au premier plan. C’est un système conçut pour transporter les automobiles – enfin tant qu’elles sont entièrement électriques et capables de se conduire toutes seules. Vous ne possédez pas de telle automobile ? Musk a déclaré que des véhicules circuleraient continuellement pour passer prendre et déposer quiconque voudrait faire un tour.

Les kits médias distribués montrent que l’entreprise affirme qu’un jour, chaque tunnel pourrait gérer 4000 voitures par heure. Donc environ 16 000 passagers, si on suppose que chaque voiture est remplie. Par comparaison, c’est la capacité de 11,5 métros New-Yorkais pleins. Pas bondés, mais pleins.

Néanmoins, la volonté de la Boring Company n’est pas de supprimer les transports publics. Mais de « tout faire dans toutes les directions pour alléger le trafic routier ».

Elon Musk, sa Boring Company et leur tunnel

Phase de test

En effet, la technologie est loin d’être terminée. Le véhicule qui a traversé le tunnel, utilisé pour faire des démo aux fans et journalistes, ne peut atteindre que 80km/h. Soit bien loin des 240 km/h promis. Même Elon Musk a déclaré au Los Angeles Times que le voyage avait été chaotique, et que son équipe avait « en quelque sorte manqué de temps ». Il a malgré tout assuré au journal que les voyages seront « aussi lisses que du verre. C’est juste un prototype. C’est pourquoi c’est un peu brut de décoffrage ».

Le conseil municipal de Hawthorne a autorisé le projet a être accéléré, dans le cadre du processus d’examen environnemental. Parce qu’il agissait ici d’une démonstration, et non d’un transport de masse fonctionnel. La ville a aussi conclu que la construction ne dérangerait pas le voisinage. De plus, Musk a ajouté que la Boring Company creuse si profondément que les travaux sont à peine perceptibles à la surface. Et note à juste titre que ses tunnels sont protégés contre les tremblements de terre. C’est bon à savoir pour des zones à risque comme L.A. ! Les travaux de ce tunnel de test ont duré deux ans, et ont coûté plus de 10 millions de dollars.

La Boring Company

Musk a tweeté que la Boring Company avait débuté en décembre 2016. Il avait déclaré en plaisantant que les embouteillages à Los Angeles était si énormes qu’il voudrait juste acheter une « tunnel-borin machine » et commencer à creuser. Et début 2017, le parking de SpaceX était troué de partout : les débuts de la piste d’essai dévoilée cette semaine. Elon Musk a ajouté que des villes comme Los Angeles ne peuvent arrêter les embouteillages qu’en allant « 3D down (ou) 3D up ». Et que les voitures volantes (qui seraient « up » donc) étaient trop dangereuses.

D’où sa vision : des couches de routes souterraines. Transportant des centaines de milliers de véhicules. Voyageant à pleine vitesse. Transportées dans le monde souterrain grâce à des milliers d’ascenseurs  dispersés à travers la ville (comparé par Musk à des « trous de ver »). La Boring Company a annoncé facturer chaque trajet 1$ pour se financer. Et ne pas vouloir accepter d’aide de l’État.

Débats

Urbanistes et ingénieurs des transports ont critiqué ce plan. En effet, ils argumentent que le concept ne répond pas aux problèmes de fond des embouteillages. Comme les goulets d’étranglement au niveau des bretelles d’entrée et de sortie des autoroutes. Ou encore l’étalement urbain.

De plus, la Boring Company fait face à un autre ennemi : le processus d’enquête environnemental. Qui peut parfois prendre une décennie pour un projet d’une telle envergure.

Elon Musk et le tunnel de sa Boring Company

Projets

Pour voir son projet aboutir, Elon Musk a reconnu qu’il va falloir baisser le cout du creusage. Et d’accélérer le processus. Musk a ajouté qu’il aimerait que sa « Boring machine » batte son escargot, Gary, dans une course. Ce qui augmenterait le rythme standard de 14. Néanmoins, des professionnels ont émis de sérieux doutes sur la faisabilité de ces innovations. D’autant que Gary est mort depuis longtemps (on en est à Gary VI pour l’info). De plus, le CEO a annoncé que la réduction de la largeur des tunnels réduirait également les coûts.

Musk a aussi annoncé que le sol déterré par les travaux servirait à faire des briques. Elles-même vendues par un autre « spinoff Muskien » : la Brick Store LLC. Ces briques ont d’ailleurs déjà été utilisées pour créer une tour (un peu comme celle des Monty Python) aux quartiers généraux de Space X. De plus, la Boring Company a promus de sortir des kits de Lego à taille-humaine.

Tunnels

Mais l’entreprise n’a pas qu’un seul tunnel à s’occuper. Il y a celui de Hawthorne et un plan pour en construire un entre une des trois stations de métro de L.A. et le Dodger Stadium. Musk prévoit de construire le réseau complet de L.A. d’ici 2028, quand la ville accueillera les Jeux Olympiques.

Une connexion entre Washington et Baltimore est également en projet. Mais le projet n’a pas encore reçu tous les permis nécessaires. En outre, une liaison à grande-vitesse entre le sud de Chicago et l’aéroport international de O’Hare a été promis par Musk. Et cela prendrait pas plus qu’un milliard de dollars, dérisoire pour un tel projet.

Néanmoins, un projet n’est plus sur la liste de la Boring Company. Celui d’un autre tunnel test dans Los Angeles Ouest. En effet, Musk a fait face à plusieurs procès de la part de deux groupes de voisinage locaux. Ces derniers avancent que l’entreprise tente de contourner les règles de la ville en créant une espèce de métro géant, petit à petit.

Et après ?

Oui, la route fut longue et difficile. Musk a proposé tout un tas d’idées associées à ce tunnel. La plupart sont sujettes à discussion, mais elles sont toutes prometteuses. Rien que pour leur audace.

Mais peut-être que ces routes sinueuses sont la voie vers l’avenir. En tout cas, c’est la voie de Musk, un homme qui n’a jamais fait les choses de façon tranquille et traditionnelle. Vous savez, lorsque vous réfléchissez longuement à un plan. Que vous l’annoncez prudemment à la presse, avec des mots bien choisis. Et que vous passez les prochaines années à l’appliquer comme vous aviez dit que vous le feriez.

La plupart des CEOs portent des costumes, et s’assoient à l’arrière des limousines. D’autres émergent de tunnels en chemises à carreaux. C’est à vous de décider lesquels sont les meilleurs showmen. Et lesquels vont changer la manière dont se font les choses.

Partagez cet article !