Facebook supprime 600 comptes en lien avec la Russie et l’Iran

Posté le

De vrai-faux réseaux de comptes Facebook

Facebook a supprimé cette semaine 652 faux comptes et pages publiant du contenu politique. Cette décision a été prise à la suite de quatre campagnes d’influence sur la plateforme. En effet, ces campagnes avaient des liens avec la Russie et l’Iran selon les déclarations de l’entreprise.

Le CEO de Facebook, Mark Zuckerberg, a déclaré que « c’était des réseaux de comptes qui trompaient les abonnés sur leurs identités et leurs activités ». De plus, Zuckerberg a ajouté que « (Facebook) interdit ce genre de comportement à cause de l’importance de l’authenticité. Les abonnés doivent pouvoir avoir confiance dans les connexions qu’ils font sur Facebook ».

Liberty Free Press

En juillet dernier, FireEye avait signalé à Facebook l’existence d’un réseau de pages connu sous le nom de Liberty Front Press. Ainsi, ce réseau était constitué de 70 comptes, trois groupes Facebook, 76 comptes Instagram. De plus, le réseau regroupait plus de 155 000 abonnés Facebook et 48 000 abonnés Instagram. De plus, ce réseau avait des liens secrets avec un média Iranien. Et a dépensé plus de 6000$ entre 2015 et aujourd’hui. Ainsi qu’organisé trois événements.

De plus, Liberty Free Press était aussi relié à de nombreuses pages se présentant comme de nouvelles organisations. Mais qui en réalité, selon le géant du web, hackaient des comptes personnels et diffusaient des malwares. Ainsi, ce réseau incluait 12 pages et 66 comptes. Plus 9 comptes Instagram. Et environ 15 000 abonnés Facebook et 1 100 sur Instagram. Sans ici acheter de la publicité ou créer d’événement.

L’Iran

Un troisième aspect de l’enquête se concentre sur les comptes et les pages liés à l’Iran. Créés en 2011, ces derniers partageaient des posts politiques en Moyen-Orient, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Ainsi, ce réseau-là postal des contenus similaires en son sein. Tout en brouillant les connexions avec ses pages. Ainsi, cette campagne contenait 168 pages et comptes Facebook. Plus 31 comptes Instagram. Elle réunissait 813 000 abonnés Facebook et 10 000 abonnés Instagram. Elle a dépensé plus de 6000$ en publicités entre juillet 2012 et avril 2018.

La Russie

La dernière partie de l’enquête se concentre sur des pages, groupes et comptes liés à ‘intelligence militaire Russe. En effet, la campagne russe ne semble pas liée à celle iranienne. Et les posts de cette campagne se concentraient sur la politique en Syrie et en Ukraine. Mais ne ciblait pas les États-Unis.

L’enquête continue

Facebook a informé les officiels américains de ses enquêtes. Et travaille avec eux tout en continuant à examiner les posts de ces campagnes.

Twitter a également supprimé des comptes en lien avec l’enquête, après avoir été averti par FireEye.

Des campagnes antérieures

Cet été, l’entreprise a annoncé avoir identifié des comptes suspicieux menant une « conduite inauthentique coordonnée ». Qui pourrait avoir été provoquée pour influencer les élections américaines. À l’époque, Facebook avait refusé de spécifier quel pays se cachaient derrière la campagne. Bien que les officiels avaient déclaré que la campagne était cohérente avec les précédentes attaques Russes.

Cette campagne se composait d’une activité destinée à aggraver les tensions autour de sujets clivants. Comme par exemple la suprématie blanche. Ou l’agence américaine de l’immigration et des douanes (ICE).

Partagez cet article !