Fake News : attention, les élections Européennes approchent

Posté le Sécurité Informatique
Europe et fake News (Photo par Pixel2013 sur Pixabay : https://pixabay.com/fr/drapeau-europe-ue-européenne-coup-2608475/)

Halte aux Fake News

Facebook, Google, Twitter ou encore Mozilla : tous ont fait des progrès dans la lutte contre les campagnes de Fake News sur leurs plateformes respectives. Mais leurs efforts doivent s’intensifier avant Mai prochain. C’est en tout cas ce que leur a intimé la Commission Européenne.

En effet, la Commission Européenne a publié ce communiqué après avoir publié les rapports des avancées des géants de la Tech. Ainsi que celles de nombreuses associations de professionnels de la publicité. Ces publications montrent également les étapes réalisées afin d’identifier des acteurs malveillants sur les différentes plateformes. Et d’ainsi combattre les Fake News.

Élections Européennes

Dans une déclaration publique, le commissaire de l’Union pour la Sécurité, Julian King a dit « (qu’) étant donné la proximité des élections européennes, tout progrès fait dans le combat contre les campagnes de Fake News sont les bienvenus. Mais nous devons aller plus loin et plus vite avant Mai. On ne veut pas se réveiller le lendemain des élections en se disant qu’on aurait pu en faire plus ».

Les rapports détaillent les étapes qu’on réalisé les entreprises afin de se conformer volontairement au Code de la pratique sur la désinformation. Ainsi, la CE déclare que de progrès ont été réalisés dans certains domaines, comme supprimer des faux comptes. Ou encore limiter la visibilité de sites faisant la promotion de Fake News. Néanmoins, la CE ajoute que des « actions supplémentaires sont requises pour garantir la pleine transparence des annonces politiques dès le début de la campagne pour les Élections Européennes ».

Efforts à poursuivre

Notamment en ce qui concerne Google, la Commission Européenne a noté que le géant du web avait pris des mesures pour améliorer le contrôle des emplacements et la transparence des publicités politiques. Néanmoins, les nouveaux outils Google permettant cela ne sont disponibles qu’à un petit nombre de pays européens.

Twitter, quant à lui, a fermé de nombreux comptes suspects, ainsi que des bots. Mais des informations supplémentaires sont nécessaires. Notamment sur la façon dont cela va empêcher les créateurs les plus persistants de Fake News de promouvoir leurs tweets.

De plus, la Commission Européenne souhaite des réponses plus concrètes de Mozilla. Surtout que la manière dont son nouveau moteur de recherche – sensé bloquer le tracking inter-site par défaut – contribuera à limiter la diffusion des informations à propos de l’activité web de ses utilisateurs.

Partagez cet article !