Roaming: si le Brexit ne trouve pas d’accord, attention aux frais supplémentaires

Posté le Télécom
Brexit et roaming (photo de Elionas2 sur pixabay : https://pixabay.com/fr/ue-royaume-uni-2016-problème-1473958/)

Brexit et deadline

Le Royaume-Uni est entrain de travailler à trouver un accord avec l’Union Européenne. Néanmoins, le pays fait face à une date limite qui approche rapidement, avant le retrait obligatoire du bloc économique. Si un accord ne saurait être trouvé, le Royaume-Uni pourrait faire face à beaucoup de conséquences. Notamment l’augmentation des frais de roaming des abonnés anglais.

En effet, le pays a jusqu’au 29 mars 2019 pour quitter l’UE. Un processus qui a contraint le gouvernement de Theresa May à trouver un accord de sortie qui supervisera les liens économiques du pays avec ses voisins. Et c’est mal parti. Si les parlements du Royaume-Uni et de l’Union Européenne ne ratifient pas rapidement d’accord, alors les anglais seront « sortis » de l’UE. Avec de potentielles conséquences désastreuses.

Conséquences sur les frais de roaming

Quitter l’Union Européenne signifie également que le Royaume-Uni ne serait pas en mesure de faire respecter les lois de l’UE. Comme l’abolition des frais de roaming mis en place il y a deux ans.

En effet, cette loi votée en 2015 stipule que les utilisateurs ne peuvent se voir facturer de frais supplémentaires lorsqu’ils voyagent dans l’Union européenne. Et requiert que les opérateurs de télécoms notifient leurs clients lorsqu’ils atteignent leurs limites de data.

Néanmoins, si le Royaume-Uni est « expulsé » de l’UE, « les exigences imposées aux opérateurs télécoms britanniques pour garantir un roaming sans frais supplémentaire pour les consommateurs dans l’UE seront inopérables après la sortie », stipule ce mémo du gouvernement anglais. Parce que le Royaume-Uni ne ferait plus partie de la structure régulatrice de l’UE. De plus, le mémo dit que « les coûts de la réglementation des tarifs de frais de roaming sans tarifs de gros harmonisés peuvent conduire à une augmentation des prix pour les usagers, avec la réimplémentation des frais de roaming, ou la suppression du roaming de certains abonnements ».

Opérateurs

En outre, le mémo stipule que le Royaume-Uni va implémenter de nouvelles lois. Celles-ci obligeront les opérateurs de continuer à informer leurs abonnés lorsqu’ils dépassent leurs forfaits data. Et de limiter les frais à 45£ s’ils dépassent ces limites.

Ces règles resteront au bon vouloir des opérateurs de télécoms britanniques. Ces derniers ont déclaré qu’ils n’avaient pas pour but de changer leur approche du roaming après le Brexit. Néanmoins, on peut s’interroger sur la véracité de ces « assurances » proclamées par les opérateurs. Puisque la principale raison pour laquelle l’UE a institué l’abolition des frais de roaming était qu’on ne pouvait pas faire confiance aux opérateurs pour donner à leurs abonnés un marché équitable…

Partagez cet article !