Google a 20 ans : retour sur une révolution #2

La révolution Google

Le 4 septembre dernier, Google a soufflé ses 20 bougies. Innovations, découvertes mais aussi procès : l’histoire du Géant du web n’est pas de tout repos !
Reprenez le dossier là où il s’était arrêté dans la Partie #1, et devenez de véritables experts du World Wide Web !

15 Juin 2011

Après avoir lancé un moteur de recherche, Google se fixa comme objectif de développer tout un système d’exploitation. Chrome était un système en Open Source, conçu principalement pour héberger des applications web. Et fonctionner sur des netbooks, aujourd’hui appelés Chromebooks.
Au départ, le géant du web publia son code source et donna des démonstrations du nouvel OS. Puis en juin 2011, les premiers Chromebooks conçus par Acer et Samsung furent disponibles en magasin.
Depuis, les Chromebooks sont depuis devenus des éléments majeurs dans l’éducation. Et Microsoft a même suivi l’exemple de Google avec ses ordinateurs Windows S Mode.

28 Juin 2011

Au plus fort de la popularité de Facebook, Google s’essaya lui aussi aux réseaux sociaux. C’est ainsi que naquit G+, remplaçant l’outil de microblogging Google Buzz.
La politique de Facebook était de récolter des adresses électroniques pour rejoindre le réseau. Mais G+ fonctionnait comme un réseau sur invitation uniquement. Vous pouviez partager des photos, des liens et démarrer des Hangouts avec des « cercles » d’amis.
En laissant le réseau trop longtemps uniquement accessible via invitation était une des plus grosses erreurs de G+. Même après des années de re-design, le réseau n’a jamais pris. La société continuait de bidouiller les fonctionnalités de G+. Néanmoins, aujourd’hui, la plupart des profils d’utilisateurs sont des pages vides.

15 Août 2011

Ne souhaitant plus laisser ses « ambitions hardware » à ses partenaires, l’entreprise fit le pari d’acquérir Motorola pour 12,5 milliards de dollars en 2011. Le deal était de « doper l’écosystème Android et améliorer la compétition dans l’informatique mobile ». Sauf que non.
Ainsi, Motorola lança en 2013 le Moto X. Assemblé aux États-Unis, il offrait un niveau inégalé de personnalisation et de fonctionnalités. Bien qu’il ait été bien reçu, il n’a jamais eu de franc succès. Et le Moto G n’a pas réussi à sauver l’équipe. Au moment où était annoncée la deuxième génération Moto X en 2014, Google avait déjà décidé de confier Motorola à Lenovo. Pour un prix bien moindre que celui de l’acquisition.

Juin 2012

En plus des smartphones et des services web, Google commença à travailler sur du matériel expérimental avec les divisions Google X et ATAP. Leur produit le plus célèbre est Google Glass, un ordinateur mettable, augmentant l’information dans votre périphérie. De plus, il pouvait enregistrer des vidéos et des photos.
Pour prouver le pouvoir du Projet Glass, Sergey Brun montra un enregistrement live d’une chute libre, durant la conférence I/O de 2012. Le produit fut rendu disponible aux développeur et à un groupe restreint de clients. Mais pas avant qu’il fut décrit comme un risque potentiel pour la vie privée… D’ailleurs, plusieurs entreprises interdirent les Google Glass de franchir le seuil de leurs portes.
En 2017, Google Glass fut repensé comme un produit d’entreprise, pour une meilleure concentration. Mais l’appareil céda la place à d’autres technologies mettables, comme les Spectacles de Snapchat, etc.

1er Juillet 2013

Les accords du RSS se mirent à pleurer le jour où Google annonça qua fermeture de Reader, en 2013. L’entreprise montra ici un vrai courage. Le même type de courage qu’Apple montra plus tard en retirant les écouteurs jack bien-aimés.
Maintenant, les gens trouvent leurs « informations » sur Twitter et Facebook. Donald Trump est président. Sans parler du Brexit. Donc merci Google ?

24 juillet 2013

Chromecast était au début un moyen simple et pas cher de streamer des vidéos depuis un téléphone ou un ordinateur sur une TV. 5 ans plus tard … Presque rien n’a changé. Et Google n’a presque pas mis à jour le produit.
Vous savez quoi ? C’est toujours un des moyens les plus faciles et peu coûteux de streamer.

24 Janvier 2014

Google a eu du mal à acheter l’entreprise londonienne d’Intelligence Artificielle DeepMind. En effet, ils ont réussi à battre Facebook en promettant de créer un conseil d’administration indépendant. mais peu importe le prix, ça valait le coup.
Les succès de DeeMind – comme AlphaGo – furent salués dans la communauté scientifique. Et sont devenus des éléments emblématiques du boom de l’IA. De plus, ils ont sûrement fourni des bénéfices inestimables à Google en terme de RH et de marketing.
DeepMind a peut-être eu un peu de mal à ses débuts avec notamment le système de santé anglais. Mais depuis il a reprit sa place, en alimentant directement les systèmes de Google. Ainsi, sa technologie de synthèse vocale a été grandement améliorée. Et les data centers de Google ont été repensé, pour être aujourd’hui plus efficaces.
Google est aujourd’hui perçu comme le leader mondial en matière d’intelligence Artificielle. Et ça ne serait pas le cas sans DeepMind.

20 Août 2015

Le co-créateur Larry Page décida de réorganiser le conglomérat gigantesque… grâce à ses moonshots dans une nouvelle structure appelée Alphabet. Le géant du web s’est donc réorganisé en plusieurs entreprises distinctes avec leurs propres CEO. Et avec Sundar Pichai aux commandes. Et ça a très bien fonctionné pour le géant du web !
Depuis ce changement, plusieurs entreprises comme Verily, Waymo et Wing ont été lancées depuis Alphabet. Leurs directions leurs sont dédiées, et sont uniquement concentrées sur leurs succès. Ce qui n’aurait pas été possible dans le cadre unique qu’était devenu Google.
Pour marquer cette réorganisation, Google a dévoilé un nouveau logo un mois plus tard, le 1er septembre 2015.

18 Mai 2016

Le géant du web a sûrement été un des derniers à lancer un assistant virtuel. En effet, celui-ci n’est apparu sur le marché que 2 ans après l’Alexa d’Amazon et presque 5 ans après Siri d’Apple. Mais  depuis, il les a bien rattrapé.
En effet, le Google Assistant a rapidement grandi pour concurrencer directement Alexa en matière d’Intelligence Artificielle pour les consommateurs. En effet, il alimente le haut-parleur de Google Home. Et il est devenu disponible sur la plupart des autres hauts-parleurs, TV et autres appareils intelligents en moins de deux !
Si l’Intelligence Artificielle est le futur, l’Assistant est un prétendant sérieux au trône que détient Alexa.

Octobre 2016

Après avoir passé des années à tester le matériel grand public avec son programme Nexus et autres services exclusifs, Google a sauté le pas avec le lancement des smartphones Pixel et Pixel XL. Et avec le haut parler intelligent Google Home.
Ainsi, le Pixel était le premier smartphone Android entièrement conçu par Google. Bien qu’il ait été entièrement construit par un partenaire de Google (ici HTC), il marqua un grand tournant pour Google, vers un écosystème de produits plus cohérents du style d’Apple.
Google Home a depuis rejoint Chromecast dans la plateforme de média et d’Intelligence Artificielle pour la maison. Tandis que Pixel est possiblement devenu la référence pour les téléphones phares d’Android.

13 décembre 2016

Six ans après avoir testé ses premières voitures autonomes, le géant du web décida d’établir le projet comme un business autonome.
Appelée Waymo, cette nouvelle structure était dirigée par l’ancien CEO de Hyundai John Krafcik. Elle fut également partenaire avec Fiat Chrysler, et commença à utiliser les minivans Pacifica. Au lieu de suivre le plan initial de Google de construire entièrement une voiture autonome.
Les nombreuses années de test ont permis à Waymo de faire rapidement le tour des voitures autonomes. En effet, l’entreprise a déjà testé et offert des trajets à de vrais clients en Arizona. Et prévoit de lancer un service commercial en 2018.
Ainsi, Waymo reste le business le plus rentable du laboratoire originel Google X.

18 juillet 2018

La portée et l’influence de Google sont aujourd’hui inégalées dans le monde de l’entreprise. C’est en partie pour ça que le géant du web a fait face à de nombreux procès et autres « challenges légaux » au fil des années. Notamment en ce qui concerne la confidentialité.
En effet, la Commission Européenne est convaincue que Google privilégie son propre service de shopping au travers de publicités diffusées sur le navigateur Chrome. Ce qui est programmé par défaut sur la plupart des smartphones Android. Bien que ce sit considéré comme une tape amicale sur la main venue un peu trop tard, l’amende est en fait une partie d’un plus grand projet. Qui est que Google et ses collègues de la Silicon Vallée seraient peut-être (!), depuis trop longtemps, en position de monopole.
Seulement un mois après « la punition », Donald Trump a accusé l’entreprise de manipuler les résultats de recherche pour censurer les actualités des conservateurs. De plus, Google a plusieurs autres procès actuellement toujours en cours. Et cela va sûrement continuer, à mesure que le géant digital grandit de plus en plus depuis sa création à Stanford il y a 20 ans.

Partagez l'article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email