IoT : protégez l’Internet des Objets au sein de votre entreprise

Posté le Technologie Tutoriel

IoT : des technologies incontrôlables ?

En effet, l’IoT (Internet Of Thingsl’Internet des Objets), c’est des appareils connectés qui contrôlent des machines parfois très imposantes. Donc la question de la sécurité et du contrôle de ces objets connectés se posent. D’autant plus que ces derniers émettent et reçoivent en flux parfois continus des données personnelles et sensibles.

Ainsi, l’IoT peut fournir à votre entreprise des data utiles et des occasions inédites. Néanmoins, il vous apporte également de nouvelles brèches de sécurité. Donc vous devez absolument penser à la cybersécurité de votre entreprise en amont, avant un déploiement IoT.

1/ Déterminez vos terminaux

Et oui : à chaque nouveau point de terminaison introduit par l’IoT dans un réseau est potentiellement vulnérable. En effet, il représente un hypothétique point d’entrée pour les hackers. De plus, les objets connectés sont créés par de nombreux fabricants, divers et variés. Mais aussi sur plusieurs systèmes d’exploitations. Ainsi, ils possèdent des niveaux différents de puissance, de stockage, de débit etc. Par conséquent, vous devez lister chaque nouveau point de terminaison, et l’inclure dans la liste de vos ressources. De plus, vous surveillerez son activité et sa sécurité.

2/ Surveillez votre IoT

Cela vous paraît normal, et bien c’est parce que c’est le début d’un projet bien mené ! En effet, il est essentiel que vous sachiez quels objets de l’IoT se trouvent au sein de votre entreprise. Et que vous compreniez comment ils fonctionnent. Néanmoins, cela peut être fastidieux. Donc nous vous recommandons de créer un processus de découverte et gestion de vos ressources lorsque vous commencez un projet.

3/ Repérez les failles

Au départ, un projet de déploiement IoT se compose de deux phases. Premièrement, le physique de l’objet connecté : sa manière de fonctionner. Deuxièmement, comment il collecte et utilise les data. Ainsi, ces caractéristiques physiques ne peuvent être gérées par des pratiques de cybersécurité. En effet, contrairement à la deuxième partie « cyber », la partie physique ne répond pas aux mêmes règles. Par conséquent, il va falloir que vous trouviez comment sécuriser l’objet connecté au niveau physique.

4/ Correctifs et résolutions

Lorsque vous souhaitez créer un projet d’IoT, vous devez considérer les objets connectés du point de vue des correctifs et des résolutions qu’il peut recevoir. En effet, c’est non seulement capital pour la cybersécurité, mais également pour vous. Ainsi, vous devez vous assurer de pouvoir modifier le code dans le futur, selon vos besoins. Et ce n’est pas le cas de tous les objets connectés ! En effet, certains peuvent avoir du mal à supporter et agréer des correctifs. De plus, vous pouvez aussi avoir besoin d’appliquer un correctif qui risque de durer plus longtemps que prévu. Et dans ce cas là, il vaut mieux que vous le sachiez d’avance !

5/ Une stratégie de risque

Comme la plupart des projets technologiques, un déploiement d’IoT a besoin d’une cybersécurité hiérarchisée. Ainsi, vous devriez utiliser une stratégie pilotée par le risque et hiérarchiser les ressources prioritaires au sein de l’IoT. Donc lorsque vos responsables informatiques vont examiner vos ressources, ils doivent attribuer la plus forte valeur et le plus haut risque aux ressources données. Et ainsi assurer la sécurité adéquate.

Internet of things IoT

6/ Tests

Nous vous recommandons d’effectuer des tests d’évaluation ou de pénétration des objets connectés. Aussi bien au niveau du matériel que des logiciels, et avant le déploiement de l’IoT. Ainsi, vous remarquerez plus vite les possibles vulnérabilités. Donc de ne pas mettre à disposition de vos collaborateurs ou du public des appareils dangereux.

7/ Identité et mots de passe

En effet, vous devez modifier les références d’identité et les mots de passe configurés par défaut. Cela peut sembler lambda, mais la plupart des objets de l’IoT arrivent déjà configurés par leurs fournisseurs. Et beaucoup ne sont pas modifiables…

8/ Données, données, données !

Comme nous l’avons dit plus haut, il est capital de comprendre comment un objet connecté fonctionne, surtout quant aux données. Ainsi, vous devez observer les data créées par l’appareil et voir sous quel format elles se présentent. De plus, cherchez à savoir dans quelle structure elles se forment, afin de pouvoir les utiliser. En outre, attention aux données personnelles / identifiables / privées. En effet, ces dernières comportent non seulement des failles d’exploitation mais peuvent être utilisées par vos concurrents. Et ceci pour avoir accès à des informations sensibles sur un de vos collaborateurs ou client.

9/ Mettez à jour vos protocoles de chiffrage

En effet, vous devez crypter les data qui entrent ou qui sortent de vos objets connectés. Ainsi, appuyez-vous sur le cryptage le plus performant qui existe. De plus, mettez ceci en place grâce à une stratégie de sécurisation pérenne. En effet, si cette stratégie est mal mise en place, elle pourrait s’appuyer sur des protocoles vulnérables. Donc de futurs problèmes !

10/ Un contrôle des identités

Parce que les objets connectés permettent aujourd’hui des connexions à multiples utilisateurs, il est important que le contrôle se fasse au niveau des identités. Ainsi, l’authentification va vous permettre de découvrir comment l’utilisateur se connecte et utilise l’appareil. Donc vous aider à comprendre les comportements d’utilisation et d’acquérir des données contextuelles. De plus, cela vous aidera à mieux vous protéger fasse à de possibles vulnérabilités.

 

Partagez cet article !