Tor : 2019, l'année idéale pour s'y mettre (enfin)

Essayer Tor

Vous connaissez probablement le service d’anonymat numérique Tor. Mais pour une raison quelconque, vous ne l’avez jamais vraiment utilisé. Peut-être parce qu’entre les noeuds, les re-directions de trafic ou les URL spécifiques cela semble trop compliqué pour valoir le coup.
En réalité, cela fait déjà quelques années que Tor est relativement accessible. Surtout grâce à Tor Browser, qui fonctionne exactement comme un moteur de recherche. Et effectue pour vous toutes les tâches compliquées. Mais en 2018, une multitude de nouvelles offres et d’intégrations ont considérablement développé les outils déjà disponibles.
Donc 2019 est définitivement l’année où vous allez essayer Tor. D’ailleurs, vous pourriez même l’avoir déjà utilisé sans vous en rendre compte.
« En fin de compte, tout ce qu’on souhaite pour Tor c’est que notre technologie devienne sous-jacente. Et que tout ce qui passe en ligne s’y déroule. » déclare Isabela Bagueros, directrice exécutive du Tor Project. « Voir l’intérêt et l’adoption d’entreprises à but lucratif et autres sociétés est un moment très intéressant pour eux. Parce que nous créons différents exemples qui illustrent de quelle manière notre vision peut être possible ».

Les avantages

Pour les non-initiés, le principal avantage de Tor est qu’il crypte votre trafic et le renvoie vers une chaîne d’ordinateurs. Ce qui rend la tâche très difficile pour quiconque veut savoir d’où il vient. Et vous pouvez vous rendre compte qu’il est très facile d’accéder à des services d’anonymat comme celui-ci. Ce qui est assez pratique si vous recherchez par exemple un autre emploi, ou des sujets sur la syndicalisation politique.

Accessibilité

Et cette année, l’accès a été rendu encore plus simple depuis Android, avec l’introduction de Tor Browser pour Android. La plateforme a réalisé ses débuts en septembre, et est toujours en phase de test. Mais elle va bientôt passer à l’étape finalisée, stable. Vous pouvez la télécharger sur Google Play ou directement depuis le Tor Project.
De plus, il existe deux options iOs, dont une application appelée Onion Browser. Mais me Tor Project n’en possède actuellement une à eux. Et pouvoir accéder à Tor sur son mobile est extrêmement important.
De nouvelles options pour une utilisation sur ordinateur sont également sorties. Ainsi, le navigateur de recherche Brave a ajouté le routage Tor en juin dernier comme option pour ses onglets. Il est donc facile, sur Brave, d’ouvrir un onglet avec Tor. Et cela vous permet de garder votre historique secret des autres utilisateurs de l’appareil. De plus, cela rend la tâche des fournisseurs d’accès plus difficile lorsqu’ils traquent les sites sur lesquels vous vous êtes rendu.

Services Onions

D’autres types d’intégrations concernent la création d’une infrastructure permettant aux utilisateurs de naviguer sur le réseau Tor de manière ponctuelle. Et d’avoir des protections de confidentialité renforcées.
Facebook exploite un « onion service » depuis 2014 afin de rendre sa connexion à Tor encore plus sécurisée. Et son offre s’est étendue en novembre dernier afin de rendre le service encore plus efficace et rapide. Cette amélioration a également pour but de facilité l’accès aux utilisateurs de Tor à la version la plus sécurisée de Facebook, sans avoir à taper d’URL Onion particulière.
CloudFlare, FAI et fournisseur de contenu, a également lancé un onion service en septembre. Cela simplifie l’accès à sa version la plus sécurisée de ses sites clients sur Tor. Grâce à cette nouvelle configuration, Cloudflare contribue à améliorer la protection se l’anonymat de ses utilisateurs sans connaître l’identité de qui que ce soit. Même sur son propre service. De plus, l’intégration de Tor sur Cloudflare est configurée pour séparer de manière plus précise le trafic légitime de Tor des activités malveillantes. Parce que ça demande aux hackers de dépenser plus d’argent pour créer des attaques sans porter atteinte à la protection de l’anonymat des utilisateurs légitimes.
Futur
Avec toutes ces nouvelles collaborations, Bagueros pense que plus de personnes vont se mettre à utiliser le service. Et vont pouvoir l’intégrer à leur vie quotidienne. Le Tor Project a travaillé sur les manières d’augmenter son efficacité, en prévision d’une plus forte demande. Mais l’objectif est resté sur le coeur du concept de Tor, en tant que réseau distribué et décentralisé.
La vision globale de Tor comme fondement de l’Internet est encore bien loin, si tant est qu’elle se réalise un jour. Mais les options d’accès au réseau se développent de plus en plus. C’est l’année de vous y mettre.

Partagez l'article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email