Très Haut Débit : les premiers essais de TD-LTE sont lancés

Le Très Haut Débit pour tous ?

À la base, l’idée était de fibrer toute la France d’ici 4 ans. Mais ça ne s’annonce pas vraiment réalisable. Ainsi, avec le soutien du gouvernement et de l’ARCEP, des technologies hertziennes proposant du très haut débit se sont mis en route. Et ne vont pas tarder à proposer des offres, notamment pour les zones non-denses.
En effet, afin d’apporter le très haut débit dans ces zones, la 4G semble une promesse plus sûre que la fibre. C’est-à-dire une connexion de 8 Mb/s au minimum d’ici 2 ans, et 30 Mb/s d’ici 4 ans. Ainsi, un concept de mix technologique a vu le jour : combiner la fibre (FFTH) avec des technologies hertziennes / satellitaires. Cette solution serait une bonne transition, voire même imaginée comme remplacement total.

La 4G fixe

On parle beaucoup de cette nouvelle technologie. En effet, selon les opérateurs, il s’agit d’une approche moins couteuse. Et qui remplit efficacement sa mission, en apportant une connectivité idéale.
Selon les prédictions actuelles, seraient concernés 1,3 millions de consommateurs. Et d’ici 4 ans, ce seront la moitié des connexions qui seront en FFTH.
Néanmoins, la 4G fixe n’est malgré tout par une solution parfaite. En effet, il n’est possible de la déployer partout. Par exemple en régions de montagnes ou de forêts. De plus, son débit n’atteint que rarement les 30 Mb/s.

Il y a 4G et 4G

En effet, il existe des subtilités ! Aujourd’hui, l’approche 4G fixe n’est pas celle proposée par les opérateurs, à savoir « 4G mobile dédiée au fixe ». C’est-à-dire des 4G box lorsque l’abonné habite dans une zone peu / mal couverte en DSL. Néanmoins, ce système fonctionne avec une technologie mutualisée, qui se base sur les capacités excédentaires des opérateurs. Donc avec peu de débits, avec peu de data. Et ainsi des offres peu attractives.
Ainsi, en s’appuyant sur un réseau et des sites dédiés, la boucle locale radio TD / LTE peut délivrer des débits efficaces et stables. Ce qui fait toute la différences ! Néanmoins, pour développer cette technologie, il faut libérer des fréquences. Ainsi, l’ARCEP et le gouvernement ont récemment ouvert un guichet dédié à la bande de fréquence 3410-3460 Mhz.

Premiers tests

C’est l’entreprise Sem@for77 qui va utiliser ces fréquences pour remettre au gout du jour le réseau d’accès à internet hertzien d’initiative publique soutenu par le syndicat Seine-et-Marne Numérique. Ainsi, le syndicat mixte et Sem@for77 vont pouvoir diffuser du très haut débit 142 villes dès cette année.
De plus, l’ARCEP continue de gérer les demandes de fréquences déposées au guichet très haut débit radio, concernant 5 départements.
Ainsi, avec l’ouverture de la bande de fréquences 3410-3460 MHz, les acteurs du marché peuvent passer outre la notion de puissance, jusque ici limitée à cause de la bande des 5 Ghz qu’on utilisait jusqu’à présent.

Premières offres

Pour Ozone, il faudra débourser de 30 à 35€ tous les mois pour un débit pratique de 30 Mb/s en download et de 3 à 5 Mb/s en upload. Chez Nomotech, on assure que le débit sera garanti. Néanmoins, la box (de 49€) devra s’associer avec une petit antenne, installée sur le pignon de la maison. Par ailleurs, ces frais d’installation seront intégralement pris en charge.
Quant à WeAccess, le forfait triple-play s’élèvera à 27,90€ mensuels, pour un débit illimité de 30 Mb/s.

Une solution durable ?

En effet, reste à savoir si cette offre de très haut débit est pérenne. Néanmoins, une solution de transition peut parfois (souvent) rester définitive ! Même si cela ne répondra pas à toutes les contraintes et exigences. En effet, d’ici 4 ans, ce seront 1,3 millions de français qui ne seront pas couverts en 4G.
D’autant que le très haut débit, ce n’est pas la radio / satellite mais bien la fibre ! Et on peut penser que ce genre de manoeuvre ne fera qu’accumuler le retard actuel. Donc renforcer les inégalités au niveau du numérique en France.
Enfin, aujourd’hui et au niveau de l’UE, le très haut débit c’est un accès à 1 Gb/s. Donc comment la 4G peut elle rivaliser ? A moins qu’elle ne fasse que combler quelques trous. En tout cas, elle ne sera pas suffisante pour prendre à elle seule le relais de la fibre.

Partagez l'article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email